Marie MURSKI : LE BEBE D’ADELE

le bebe d adele

 » Le bébé d’Adèle  » de Marie MURSKI aux éditions COGITO

https://editionscogito.wordpress.com/le-bebe-dadele/

Stylo : Excellente lecture !

Lorsque Sonia épouse Oscar BAREY, gynécologue reconnu, c’est pour le meilleur mais surtout pour le pire. L’isolant petit à petit du monde extérieur, la séparant de ses amis, de ses passions pour le tango et la peinture, il va lui faire subir les pires humiliations jusqu’à ce jour, ou il va la jeter du haut de l’escalier poussant la haine à lui fracasser la tête sur la dernière marche.
Qui est donc cet homme aux deux facettes ? Praticien de renom, bourreau lorsqu’il rentre chez lui.
Mais après de multiples opérations dans l’hôpital où exerce son mari, elle s’en sort mais boitera toute sa vie, la privant ainsi de cette passion pour le tango qu’elle partageait avec Ludo, son ami.
Échappant de peu à l’internement en unité psychiatrique, car lorsqu’elle porte plainte contre son mari, personne ne la croit. La manipulation mentale opère même auprès des collègues d’Oscar.
Mais quand la victime devient prédateur, l’histoire va alors s’emballer.
Après l’hospitalisation et ayant retiré sa plainte, Sonia va mettre en place un stratagème pour le piéger au péril de sa vie.

Après  » Cris dans un jardin « , récit autobiographique dans lequel elle nous décrivait son calvaire pendant 14 ans dans les mains d’un pervers narcissique, Marie MURSKI nous entraîne dans un thriller ou l’on retrouve ce pouvoir de manipulation d’Oscar BAREY. Ange devant ses invités, Démon lorsque ceux ci sont partis, on retrouve la haine et la violence dans un huis clos familial. Violence verbale qui ne laisse pas de trace mais qui va détruire petit à petit psychologiquement et qui entraîne la violence physique.
On retrouve la force de l’auteur au travers de Sonia. Car ce combat qu’elle va mener, elle ne va pas le faire pour elle mais pour qu’il n’y en ait plus après elle qui se fasse piéger.
Récit poignant qui montre comment du jour au lendemain, vous êtes considérée comme une chose et ne pouvez vous enfuir. Votre bourreau profite des moindres failles de votre jeunesse, de votre passé familial pour vous enfoncer d’avantage.
Et puis il y a cette lueur d’espoir. Elle apparaît au travers d’un récit imagé car nourrissant Voltaire, un bébé pigeon, maltraité par ses congénères, elle va lui sauver la vie. Deux destins parallèles avec les mêmes causes et les mêmes conséquences.
Entre réalité et fiction, un roman bien mené, un espoir pour toutes celles qui n’osent en parler.

 » Devant son miroir, Oscar Barey souriait béatement. Même après toutes ces années, l’évocation du bébé d’Adèle provoquait en lui, à chaque fois, un véritable enchantement. Mais soudain, son début d’extase se crispa, le rictus réapparu, car cette fois un vent mauvais avait soufflé, un vent malencontreux qu’il n’avait pas prévu. Raidi, il leva une main dont le tranchant…  »

Retrouvez l’interview de Marie MURSKI

https://avisdesdeuxlecteurs.files.wordpress.com/…/interview…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s