Eric Tourville : CHIMAERIS

l.jpg
 » CHIMAERIS  » d’Eric Tourville aux éditions Slatkine & Cie

Coup de cœur !

510 pages d’un pur bonheur de lecture que nous offre Eric Tourville.
Dès les premières pages vous êtes happés dans cette enquête que va conduire le lieutenant Alex Fremont.
Découvrir 4 corps d’adolescentes brulées, momifiées sous l’effet du phosphore n’est pas chose courante dans ce coin reculé du Vermont. Et pourtant la maison du vieil Higgins traîne derrière un lourd passé entre croyances et sorcellerie.
Que s’est-il passé dans le sous-sol de cette maison?
D’où viennent ces jeunes filles dont il n’y a aucun signalement de disparition ?

Commence alors un formidable travail d’investigation dans lequel l’auteur vous transporte littéralement. Tout y est décrit avec minutie, un énorme travail de recherches a du être nécessaire pour mettre en place cette trame et y développer autant de sujets. Vous y apprendrez énormément en médecine légale avec Edward Todd, le médecin. légiste.
Des retours dans le passé avec Tchernobyl et ses conséquences, toujours avec ce même souci du détail et de fournir un maximum d’in formations dans les descriptions.
J’ai découvert l’exobiologie au travers de ces différents projets tenus secrets que pouvaient mener les Etats-Unis et la Russie.
Ce livre est une vraie mine d’informations.
En enchainant les petits chapitres qui vous emmènent toujours plus loin dans votre lecture, vous vous attacherez à certains personnages comme celui du lieutenant Fremont ou celui de Gus, Angus Burgess, ancien militaire des forces spéciales dont le séjour en Irak reste toujours présent.
Que dire de Dawn, cette jeune fille tant attachante que mystérieuse ?
Nos personnages principaux y rencontreront peut être l’amour également au travers de cette lecture.
Une subtile construction, des rebondissements, un enchainement bien harmonisé, cela vous donne un excellent moment de lecture dans lequel vous y apprendrez énormément de choses.

Auteur que l’on va suivre avec intérêt tant cette première écriture est réussie.

 » La première chose qu’il vit, ce fut le symbole en rouge au-dessus de la porte d’entrée. Une étoile à cinq branches dans un cercle dont le lieutenant ignorait la signification. L’impression angoissante d’être devant les portes de l’Enfer. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s